PLATEFORME CLIENT
ÉVÈNEMENTS
CONTACT

Télétravail, le nouvel enjeu RH pour recruter et fidéliser ses collaborateurs

Plus qu’un simple phénomène de mode, le télétravail est une transformation profonde des modes de travail qui devient un véritable élément d’attractivité lors des recrutements. Néanmoins, en France, bien qu’il ait le vent en poupe, c’est encore une pratique relativement récente qui n’a été réglementée qu’en 2012 dans le code du travail. Quant à sa mise en place, elle reste un enjeu pour beaucoup d’entreprises qui cherchent souvent à formaliser des pratiques existantes en matière de travail nomade, et qui souhaitent également accompagner leurs responsables dans la mise en place de nouvelles pratiques du management à distance.

 

La France qui « va au travail » est à la traîne

Le télétravail est la conséquence naturelle de la combinaison de deux facteurs : le développement des nouvelles technologies qui permettent de travailler partout, et l’arrivée des digital native sur le marché du travail, qui sont naturellement connectés et nomades.

Cependant, la France reste en retrait par rapport aux pays anglo-saxons et l’Europe du Nord. Dans l’Hexagone, il concerne entre 15 et 20% des salariés dans son acception légale à savoir « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci . »

Ce retard s’explique notamment par la culture industrielle de la France qui a longtemps impliqué de travailler depuis le lieu d’implantation des outils de production. La langue française parle d’ailleurs d’« aller au travail », de quitter son domicile pour aller chez son employeur.

Aujourd’hui, avec le développement de l’économie de services, les « outils de production » sont majoritairement la matière grise et l’équipement informatique qui offrent plus de mobilité. Le télétravail est amené à se développer avec l’arrivée des nouvelles générations qui, selon une enquête réalisée en 2013 par la Chaire Immobilier et Développement Durable de l’ESSEC, ne veulent pas d’un bureau classique (93%), privilégient l’espace collectif au bureau individuel (73%) et indiquent que demain, ils travailleront en entreprise mais aussi chez eux (55%). Le télétravail constitue donc un nouvel élément d’attractivité.

Lire la suite de la tribune d’Elodie Dallongeville, responsable du développement de Bureaulib Conseil (Génie des Lieux) sur Les Echos : http://bit.ly/2fx0Xy4

2018-01-26T12:22:54+00:00